LETTRE AUX DÉPUTÉS.png
ModèleRésolutionCitoyenneOrganisme.p
LETTRE AUX CITOYENS ET ORGANISMES.png
LETTRE_AUX_MUNICIPALITÉS.png

17 septembre 2022
 

Le 23 septembre… et après ?

220917_Vol3_No4.jpg

La vague déferlante de L'Anse-au-griffon est ce groupe de citoyens qui, depuis 2015, se sont mobilisés pour convertir leur église patrimoniale en centre communautaire.

La vague déferlante de L'Anse-au-griffon est ce groupe de citoyens qui, depuis 2015, se sont mobilisés pour convertir leur église patrimoniale en centre communautaire.

 

Supportés par la municipalité de Gaspé, les citoyens réussissent à cumuler près de 2 millions de dollars de diverses sources.

 

En 2022, face à l’augmentation de la fréquence et à l’intensité des impacts climatiques extrêmes que subit leur région, un volet église-refuge s’ajoute au projet du Centre communautaire Griffon. Mais voilà qu’au mois de mars, la municipalité de Gaspé annonce aux citoyens que leur projet n’est plus une priorité pour la Ville.

 

Voyant que 7 années de bénévolat, 2 millions de dollars ainsi qu’un projet de centre de résilience pour protéger leur communauté en cas de catastrophe liée au climat sont sur le point d’être réduits à néant, la communauté de L’Anse-au-Griffon, telle une vague déferlante, se mobilise et se rend au conseil municipal afin de renverser la décision négative du maire et des conseillers.

  • YouTube
PressMob Édition écrite 5.png

Nous marcherons à Montréal, à Québec, à l'Assomption, Gatineau, Rouyn-Noranda, Rimouski, Trois-Rivières, Granby, Sherbrooke, mais aussi ailleurs au Canada et dans le monde.

 

Nous marcherons pour dire à nos gouvernements qu’on doit cesser d’utiliser les énergies fossiles d’ici 2030, parce que la
science nous dit que les tragédies climatiques que nous avons vécues à répétition ces dernières années, les inondations, canicules, tornades, sécheresses, manque d’eau potable, feux de forêt, etc., ont cessé d’être des événements exceptionnels pour devenir la règle, une règle de plus en plus écrasante, intransigeante, implacable, inévitable, et que nos énergies carbonées en sont la principale cause.

 

Nous marcherons aussi pour dénoncer notre modèle de société qui encourage à consommer et à accumuler le plus possible, ce modèle de société qui enseigne que réussir sa vie, c’est en avoir toujours plus que les autres, quitte à gaspiller. C’est continuellement détruire sous le prétexte de construire, c’est se faire assommer de publicité invitant à acheter toujours et encore plus, mais sans réfléchir sur où nous mène cette façon de vivre, à ne penser qu’à soi maintenant, pas aux autres, ni à celles et ceux qui nous suivront… Cette façon de vivre en société nous a apporté nombre de malaises et de maladies en tous
genres découlant de la pollution et de la destruction continue de notre environnement et de la nature, et dont la pandémie n’est que le dernier exemple en liste, une pandémie comme un « wake-up call » qu’on ne semble toujours pas avoir saisi. Ce modèle de société doit changer radicalement, ici et ailleurs, et surtout maintenant!

PressMob BR.png

31 août 2022
 

Vague déferlante à L'Anse-au-Griffon

2022_009_GMob_Centre_Communautaire_Griffon0.jpg
PressMob Édition écrite 5.png

24 août 2022
 

« Maires » au front ?

Jacques Benoit, D.E.S.S. Développement économique communautaire,
co-rédacteur du
Plan de la DUC et membre GMob.

Le 26 août prochain, Laval et Longueuil tiendront un sommet sur l’habitation. Le site WEB de l’événement semble indiquer qu’on y parlera beaucoup d’économie, d’abordabilité, de fiscalité, de coûts. Pourtant, ce qui devrait guider ce sommet, c’est comment habiter la planète sans nuire, et encore plus à l’heure de l’urgence climatique.

220824_Vol3_No30 © Hsaart.jpg

Crédit : Hsaart

Le bâti, qu’il soit habitable, pour le travail ou les services, doit désormais être envisagé à l’aune de la catastrophe climatique en cours, et non en fonction de lobbys de développeurs ou de futurs revenus municipaux. Cette planification vers l’avenir a des conséquences sur le code du bâtiment, la façon de construire nos bâtiments et d’y utiliser l’énergie, sur une nécessaire densification pour contrer l’étalement urbain, sur la mobilité et sur les transports, sur l'aménagement urbain et du territoire, la protection des milieux humides, etc., toutes des questions ayant aussi un impact économique, mais dont on semble moins se soucier parce qu’elles nécessitent de se projeter dans l’avenir.

Le pragmatisme climatique
D’ici une semaine, nous serons aussi en campagne électorale au Québec, et encore une fois, les enjeux climatiques risquent pour l’essentiel de passer sous le radar. Et pour cause : le « pragmatisme » climatique dont se réclame le gouvernement Legault depuis son élection, s’oppose totalement à la définition qu’en donne le dictionnaire: « Pragmatisme : Qui privilégie l'observation des faits par rapport à la théorie ».

C’est son faux pragmatisme climatique qui lui permet de présenter un plan de réduction de gaz à effet de serre (GES) qui n’atteint pas la moitié de ses propres cibles déjà insuffisantes, tout en affirmant qu’il est impossible de les augmenter, que le 3e lien est une absolue nécessité, qu’il est un « frein à l’étalement urbain », qu’on doit calculer le nombre de ponts par million d’habitants, etc.

Ce « pragmatisme climatique » n’a pas débuté avec la CAQ. Il existait déjà il y a cinquante ans, quand le rapport « Limites à la croissance (dans un monde fini) », mieux connu comme « Rapport Meadows », est paru : on s’est vite empressé de contourner les faits qui y étaient rapportés pour s’opposer à ce que l’on devait faire en conséquence.

Avec Normand Beaudet, CRNV et membre GMob
et Michel Jetté cinéaste
, co-initiateur de la DUC et cofondateur de GMob

Le 23 septembre, nous serons des centaines de milliers à marcher pour répondre à l'appel mondial lancé par le mouvement Fridays for future.

Jacques Benoit, D.E.S.S. Développement économique communautaire,
co-rédacteur du
Plan de la DUC et membre GMob.

PressMob BR.png

21 août 2022
 

Entrevue avec Martin Murray, maire de la ville de Saint-Bruno-de-Montarville de 2013 à 2021

Présentation: Michel Jetté, cinéaste, co-initiateur de la DUC et cofondateur de GMob.
Interview: Jacques Benoit, D.E.S.S. Développement économique communautaire et membre GMob.

Précédée d'une présentation de Michel Jetté, co-initiateur de la DUC et cofondateur de GMob, cette entrevue a été réalisée en octobre 2021. Interviewé par Jacques Benoit, Martin Murray nous parle des défis des municipalités face aux changements climatiques.

2022_008_GMob_Murray_Martin10.jpg
  • YouTube

"Oui, la lutte aux changements climatiques va demander des transformations de notre économie, va demander des transformations de notre territoire, va demander aussi d'agir sur différents paramètres, et qu'il y a des coûts qui sont reliés à ça", clame Martin Murray.

 

"Aujourd'hui, il faut vraiment en arriver à un pacte fiscal... de permettre aux municipalités d'avoir davantage de moyens financiers pour pouvoir agir en toute latitude sur ce qu'il juge pertinent et nécessaire", poursuit-il. Les élections municipales de 2021 ont été marquées par un événement particulier. Il s'agit de l'arrivée au pouvoir de maires et mairesses qui reconnaissent non seulement l'urgence de la crise climatique, mais aussi l'importance cruciale des actions et mesures qui devront être mises en marche par les municipalités, mesures qui devront aussi être supportées par les gouvernements supérieurs.

 

Les mesures exceptionnelles qui doivent être mises en place doivent obéir au principe d'urgence, sinon des réponses mal adaptées auront des conséquences plus que dramatiques pour les populations.

PressMob BR.png

2 juin 2022
 

LAST CALL CLIMATIQUE : VISER Le Zéro ÉMISSION AVANT 2030

Michel Jetté, cinéaste, co-initiateur de la DUC et cofondateur de GMob.

Que comprenons-nous réellement de la crise climatique? Que signifie l'état d'urgence climatique qui a été déclaré par nos gouvernements? Qu'avons-nous réalisé lorsqu'on nous dit que nous sommes en train de déclencher toutes les conditions qui ont le potentiel de précipiter le monde des vivants dans un scénario de "terre étuve"? Qu'avons-nous compris de l'importance vitale d'un plan d'urgence climatique?

Soyons honnêtes... Dans le contexte actuel d'un confort rassurant : pas grand chose.

Et pourtant, la crise est bien déclenchée, et tel un tsunami qu'on aperçoit dans l'horizon lointain, elle s'amplifie, s'accélère, devenant plus destructrice à mesure qu'elle avance.

2022_006_GMob_Jetté_Michel_Révolution0.jpg

Bien qu'au travers de la Déclaration d'Urgence Climatique, la DUC, la mobilisation a toujours été suggérée, nous abordons ici le lourd sujet d'un changement brusque et radical de notre société, de notre économie et de nos comportements.

 

Certains nomment cela RÉVOLUTION. Ils ont certainement raison. Nous devons rendre révolu ce qui risque de nous exterminer.

 

C'est pourquoi, plus que jamais, un plan massif qui répond à l'ampleur de la crise est primordial... maintenant. Le défi est donc d'activer un plan d'urgence climatique à la hauteur de la crise qui s'accélère, nous dit Michel Jetté, cinéaste, co-initiateur de la DUC et cofondateur de GMob.

PressMob Édition écrite 5.png

20 avril 2022
 

Ni mentir ni jouer à l'autruche

Jacques Benoit, D.E.S.S. Développement économique communautaire et membre GMob.

Dans La Tribune du 14 avril dernier, un chroniqueur tente d’excuser l’autorisation du projet Bay du Nord par Steven Guilbeault, en nous assénant, dès ses premiers mots, ce qu’il nomme une « vérité » : on aurait besoin de pétrole et de gaz pour au moins les 30 prochaines années en quantité aussi grande qu’aujourd’hui, et même encore par la suite.

220420_Vol3_No2 Francisco Tomás Ros Hellín.png

Crédit : Francisco Tomás Ros Hellín

S’en suit une liste des usages des fossiles dans la société démontrant qu’abandonner ces énergies serait bien trop exigeant. Puis il accuse les tenants des réductions drastiques de « gauche radicale à la pensée magique », leur opposant une droite radicale qu’il qualifie de négationniste et cupide, afin de conclure que «l’avenir de la planète se situe un peu entre les deux spectres politiques, ni à gauche ni à droite, mais au centre » comme il l’a toujours prôné.

Ça peut sembler rassurant d’avoir un tel positionnement mesuré, loin des extrêmes… Sauf que ce positionnement est surtout très loin des extrêmes météorologiques et climatiques qui nous assaillent déjà d’un bout à l’autre de la planète, et qui vont augmentant et s’aggravant !

Le Royal Institute of International Affairs, plus connu sous le nom de Chatham House, difficilement qualifiable d'extrême gauche, a publié l’automne dernier le rapport « Évaluation des risques liés au changement climatique 2021 ».

Dans la présentation, on lit que si les pays fortement émetteurs ne s’empressent pas de réduire vigoureusement leurs émissions de GES, « il y a moins de 5 % de chances de maintenir les températures bien en dessous de 2 °C au-dessus des niveaux préindustriels, et moins de 1 % de chances d'atteindre l'objectif de 1,5 °C fixé par l’Accord de Paris de 2015. »

Aussi dans ce numéro:

Réponse à Hugo Séguin : André Bélisle a été le fondateur de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA). Il réplique ici aux propos de Hugo Séguin, qui le prend à partie dans son livre « Lettre aux écolos impatients et  à ceux qui trouvent qu’ils exagèrent », publié chez Écosociété.

PressMob BR.png

30 mars 2022
 

Le système de santé et services sociaux au Québec détérioré par les contre-réformes avec Amir Khadir                                      4e partie

Dans cette quatrième et dernière partie d'une entrevue avec le docteur Amir Khadir, infectiologue, celui-ci pose un diagnostic très intéressant sur notre système public de santé et de services sociaux.

2022_005_GMob_Khadir_AmirP40.jpg
  • YouTube

Dans les dernières décennies, certaines forces sont venues manger, détruire, à petits morceaux ici et là, notre système de santé publique québécois. Ces forces ont utilisé comme subterfuges qu'il fallait faire des réformes, alors que ce qu'elles proposaient, c'était plutôt des contre-réformes.

 

La catastrophe climatique en cours va créer des besoins au niveau sanitaire et donc au niveau des soins et des services à la population. Pour y faire face, notre système de santé publique nécessite donc un réinvestissement majeur.

 

La crise du coronavirus, comme la crise climatique, révèle le retard des gouvernants, dont les visions sont de plus en plus inadaptées aux réalités et dont les décisions sont de plus en plus éloignées du bon sens des populations.

PressMob BR.png

22 mars 2022
 

Le système de santé et services sociaux au Québec détérioré par les contre-réformes avec Amir Khadir                                      3e partie

Dans cette troisième partie d'une entrevue avec le docteur Amir Khadir, infectiologue, celui-ci pose un diagnostic très intéressant sur notre système public de santé et de services sociaux.

2022_004_GMob_Khadir_AmirP30.jpg
  • YouTube

Dans les dernières décennies, certaines forces sont venues manger, détruire, à petits morceaux ici et là, notre système de santé publique québécois. Ces forces ont utilisé comme subterfuges qu'il fallait faire des réformes, alors que ce qu'elles proposaient, c'était plutôt des contre-réformes. Celles-ci ont rendu notre système de santé publique lent, rigide et même dangereux dans ce contexte pandémique qui a fait apparaître tous les problèmes accumulés causés par ces contre-réformes.

PressMob BR.png

18 mars 2022
 

Guerre ukrainienne, guerre du gaz -
Les enjeux du Québec

Animée par Josée Harnois, coordonnatrice de la TROVEPM (Table régionale des organismes volontaires d’éducation populaire Montérégie), GMob vous présente cette conférence (audio seulement) où il sera question de la guerre en Ukraine et son lien avec la compétition pour le marché du gaz en Europe.

2022_003_GMob_Guerre ukrainienne.jpeg
  • YouTube

Normand Beaudet, membre de GMob et fondateur du Centre de Ressources sur la Non-Violence (CRNV), et André Bélisle, président de l’Association Québécoise de Lutte contre la Pollution Atmosphérique (AQLPA) analyseront ce conflit ainsi que ses impacts au Québec et au Canada.

PressMob BR.png

4 mars 2022
 

Le système de santé et services sociaux au Québec détérioré par les contre-réformes avec Amir Khadir
                                      2e partie

Dans cette deuxième partie d'une entrevue avec le docteur Amir Khadir, infectiologue, celui-ci pose un diagnostic très intéressant sur notre système publique de santé et de services sociaux. 

2022_002_GMob_Khadir_AmirP20.jpg
  • YouTube

Depuis cinquante ans, des forces politiques sont venues gruger notre système de santé public québécois qui auparavant, avait comme objectif de donner une accessibilité aux soins de santé pour tous et ce, peu importe l'épaisseur du portefeuille. Au fil des ans, des réformes successives de notre système de santé ont été calquées sur l'entreprise privée. Résultat: en période de pandémie, ces contre-réformes ont abîmé notre système de santé public.

PressMob BR.png

17 février 2022
 

Le système de santé et services sociaux au Québec détérioré par les contre-réformes avec Amir Khadir                                        1ère partie

Dans cette première partie d'une entrevue avec le docteur Amir Khadir, infectiologue, celui-ci pose un diagnostic très intéressant sur notre système publique de santé et de services sociaux. 

2022_001_GMob_Khadir_AmirP2.jpg
  • YouTube

Depuis cinquante ans, des forces politiques sont venues gruger notre système de santé public québécois qui auparavant, avait comme objectif de donner une accessibilité aux soins de santé pour tous et ce, peu importe l'épaisseur du portefeuille. Au fil des ans, plusieurs réformes (qu'on pourrait plutôt appeler des contre-réformes) sont venues détériorer ce système public pour donner la place à des idées néolibérales ouvrant la porte à l'installation d'un système de santé privé.

PressMob Édition écrite 5.png

27 janvier 2022
 

LES COP SOUS LA LOUPE
Une révélation RÉVOLTANTE

L'Association de l'École d'Affaires Publiques de Sciences Po a accueilli le lundi 22 novembre 2021 Delphine Batho et Jean-Marc Jancovici pour une conférence exceptionnelle sur les blocages et solutions de la transition écologique. Lors de son exposé, Delphine Batho, femme politique française, y fait une révélation sur les COP qui soulève l’indignation.Voici le verbatim de sa présentation.

220127_Vol3_No1.png

« Il y a deux remarques préliminaires que je voudrais faire.


La première, c’est que rien n’est possible sans faire le bon diagnostic de la situation dans laquelle nous sommes, dans
laquelle se trouve l’humanité. Et qu’aujourd’hui encore, malgré la quantité de données et de connaissances scientifiques accumulées depuis des décennies et des décennies et des décennies, le diagnostic est un terrain de bataille et une terrain de combat parce qu’en fait nous ne sommes pas seulement confrontés à un réchauffement climatique et à son accélération, on est confronté à un processus global qui est la dynamique de la grande accélération qu’on pourrait appeler aussi celle de la grande
destruction de l’anthropocène, avec un effondrement extrêmement rapide à une vitesse foudroyante de labiodiversité, une crise des ressources et, globalement, un dépassement des limites planétaires, des 9 ou 11 selon ce que l’on compte comme limites planétaires qui définissent l’espace de sécurité dans laquelle la vie même et les civilisations humaines ont pu se développer sur Terre.


On est donc dans une situation d’urgence absolue à brève échéance. Quand on prend les données, notamment sur le
réchauffement climatique, on est dans la décennie critique. Et moi j’en tire une première conclusion : c’est qu’il faut
mettre à la poubelle le mot transition.

Parce qu’en fait, aujourd’hui, on peut discuter de son origine, de la façon dont il a été conçu au point de départ, etc. Mais
aujourd’hui, quand vous entendez dans le débat public : « En 2040, on va faire ceci, en 2050, ce sera comme cela, et d’ailleurs on s’engage à ceci, à cela… », je vous conseille d’avoir un petit warning « Alerte green washing » qui s’allume dans votre cerveau, parce qu’en fait la seule chose qui compte désormais, c’est ce que nous faisons dans la décennie actuelle et ce que nous faisons entre maintenant et 2030 parce que toutes les décisions qui sont prises aujourd’hui auront des conséquences dans 20 ou 30 ans et au-delà, à cause de l’inertie notamment du système climatique.

2021

ARCHIVES

2021_003_GMob_Plan_de_la_DUC10.jpg
Last Call Climatique.png
Livre_Collection des universitai res_Tom

2021

2020
 

2019